Apprentissage de la lecture

L'apprentissage de la lecture résulte d'un grand nombre d'activités cognitives qui mêle mémoire et traitement de l'information. Demont et Gombert (2004) décrivent, dans leur ouvrage, la lecture comme une activité complexe qui coordonne plusieurs opérations qui demande de "l’attention, de la mémorisation, des connaissances générales et des habiletés spécifiques au traitement de l’information écrite".

 

IIl existe deux versants dans l'apprentissage de la lecture : la reconnaissance de mots écrits et la compréhension. 

  • La reconnaissance de mots écrits

Ce versant comporte deux voies. La première est la voie directe, aussi appelée procédure d'adressage. Elle part du principe que le mot à lire soit déjà connu par le lecteur. En effet, le mot a été préalablement stocké dans le lexique orthographique. Ce stock permet de reconnaitre le mot dès qu'il est rencontré de nouveau en lecture.

La deuxième est la voie indirecte, aussi appelée procédure d'assemblage. Elle correspond à la phase de décodage des graphèmes avec la correspondance grapho-phonologique. L'enfant va ainsi déchiffrer le mot qui peut être déjà stocké dans un réseau sémantique, phonologique mais pas orthographique. Dès lors qu'il déchiffre, il est stocké dans le lexique orthographique. La prochaine fois qu'il rencontrera ce mot à lire, il utilisera ainsi la voie directe. 

Chez un lecteur débutant, il y a une prédominance de la voie directe avec l'application de la correspondance graphème/phonème. Il a, en effet, peu de stock au niveau du lexique orthographique. Chez un lecteur expert, la procédure activée sera celle qui est la plus rapide, c'est à dire la voie directe. Lorsque un lecteur expert rencontre un mot inconnu, il va être obligé d'avoir recours à la procédure d'assemblage, qui est plus lente et qui demande plus d'attention. 

 

  •  La compréhension

Le lecteur, pour comprendre ce qu'il lit, doit utiliser des charges cognitives importantes. Or, plus la reconnaissance de mots est automatisée, plus les ressources cognitives seront disponibles pour la compréhension qui nécessite de résoudre des problèmes. En effet, le lecteur doit résoudre les interférences. Dans les textes, de nombreux éléments implicites sont à expliquer pour les comprendre. Le lecteur doit aussi opérer des stratégies de lecteur selon le support utilisé et le but recherché. Par exemple, nous n'allons pas lire de la même façon une recette de cuisine et un roman policier. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site